Non posso più !

avril 14, 2008

C’est définitif, je ne supporte plus cette présentation, ce n’est ni fait ni à faire… Et je ne me sens pas du tout chez moi…

Alors voici ce qui va se produire, mon cher lectorat, si cela ne t’ennuie pas… Je vais retourner chez HautetFort, dès aujourd’hui. J’ai effacé toutes les vieilles notes de mon ancien blog pour que ce soit tout propre et comme neuf.

Le blog n’est pas encore fini, il est en travaux -travaux qui VONT aboutir, pas comme ici…-mais il correspond déjà beaucoup plus à ce que je voudrais… Il se trouve que HetF a eu l’excellente idée de proposer de nouveaux modèles, parmi lesquels un vraiment très proche de ce qu’imaginais… La bannière mûrit dans l’esprit d’une artiste, et les derniers détails esthétiques et techniques -dont le problème du nom de domaine- seront réglés courant mai… !

Alors, je t’invite à retourner ici, dans mon ancien-nouveau chez-moi, beaucoup plus aux couleurs de la dolce vita… !

Ci vediamo subito !

Publicités

Ancora una buona ragione !

avril 11, 2008

… Pour acheter cette fichue robe miu miu ! J’ai repéré THE pochette, celle qui sublimerait ma robe, qui irait si bien avec mes escarpins noirs préférés, ceux où je me sens comme dans des pantoufles… Et dieu sait que pour danser jusqu’au petit matin, il ne vaut mieux pas avoir mal aux pieds… !

Je l’ai repérée sur le site anglais Dune, ma nouvelle caverne d’Ali Baba… Il y avait déjà les chaussures en cuir naturel, sur lesquelles j’aimerais bien craquer avant l’été, et maintenant, il y a la pochette… Que dis-je la pochette, il y a LES pochetteS… Elles sont toutes plus jolies les unes que les autres… Hélas, hélas, les anglais ne sont pas les suédois, et si je m’écoutais, le total des pochettes reviendrait au prix de ma robe… Elles sont à environ 65€ chaque, ce qui en soi n’est pas très cher à condition de ne pas en acheter dix !

Donc voilà ma chouchoute :

Et là, inutile de te précise que je compte bien craquer d’ici quelques jours… mais l me reste encore l’aller-retour Rome-Catane à acheter… Je serai plus tranquille quand je l’aurai ! Ensuite, prendre du retard dans l’achat du Rome-Paris ne m’ennuie pas du tout, bizarrement.. Être coincée à Rome avec mon amoureux, ce serait le rêve !

Enfin ! Encore un petit effort avant le week-end pour avancer sur mon exposé !

Baci a tutti !

Ancora uno sforzo piccolo… !

avril 9, 2008

Mon partiel blanc a le bon goût d’être terminé… ! C’était sur les Gracques, who else ? Un texte de Velleius Paterculus (non, ta culture ne manque de rien du tout, cet auteur, du Ier siècle après, a écrit juste assez de textes pour nourrir les partiels d’histoire ancienne) à commenter… J’en étais sûre… Mon prof est tellement prévisible… Il donne deux trois indices, comme ça, depuis le début du semestre, et qui a bien pris soin de les noter ? C’est Bibi ! Maintenant dire que je suis super contente et que ça s’est super bien passé, non, hein… ça reste un partiel blanc, et je te rappelle que j’ai une légère tendance stressée et superstitieuse… Enfin, disons qu’à moins de 10 je saute d’un pont… Et mon honneur serait bon à enterrer…

Reste mon exposé, sur « Comment voter » de Cicéron, un extrait du Traité des Lois, passionnant, ultra stimulant pour mon petit cerveau torturé d’historienne en herbe, mais alors pour l’expliquer à un TD d’étudiants comateux à 8 heures du mat’, rendre tout ça clair, bien trouver toutes les petites références… Un cauchemar ! Je n’ai pas du tout une vocation à parler en public, encore moins à des gens qui se foutent éperdument de ce que je peux bien raconter… De toutes façons, je n’aime vraiment mes exposés que quand il y a une (bonne) note écrite dessus…

Le forum, lieu de toutes les intrigues politiques de la République romaine -et aussi de son fonctionnement normal… Mais ça ne me concerne pas, ce que je préfère, c’est le début de la fin, le grain de sable dans le mécanisme… Bref, quand ça coince ! Et les grandes théories d’horloger de luxe de Cicéron, pour essayer de réparer le tout… Au moins en rêves… Mais je mégare…

Sinon, cette semaine, j’ai appris que le master recherche que je voulais faire dépendait du Centre de Relations Internationales, et je trouve que c’est chic… En plus, même si au niveau du master (et même d’une thèse éventuelle bien qu’improbable pour l’instant), ce serait impossible, ça me laisse quand même l’espoir de travailler un jour sur la crise des missiles de Cuba -quand les archives soviétiques seront toutes ouvertes, il y aura de la matière… Mon autre passion, avec Cicéron (et la robe miu miu)…

Enfin, voilà pour les nouvelles du jour à haute teneur en vie universitaire, mais il faut que je pense à autre chose que ce petit bout de tissu rose pâle si parfait… Et que je prouve qu’il me reste un minimum de sens logique…

Baci a tutti ! 

Sempre miu miu…

avril 7, 2008

Vendredi dernier, quand il faisait si beau, je me suis lancée dans une première expédition pour ma robe miu miu. Et mes pas m’ont conduite jusqu’à la boutique du 219 rue Saint-Honoré. Là, je me suis sentie pataude, même avec mon petit sac mythique à l’épaule, en essayant de prendre un air distant et surtout pas impressionné par l’écrin doré. J’avise les pochettes, au rez-de-chaussée, et une petite voix « Tu viens déjà pour un coup de foudre, il ne faudrait pas en ajouter un deuxième, hein, tu es gentille… ». Pourtant…

Je monte, donc… Les portants sont classés par couleur. Dans les roses, point de robe. Dans les noirs, elle y est… Une vendeuse souriante s’approche. J’ai décidé de ne pas me défiler…

– J’ai vu cette robe en rose très pâle à Megève, vous l’avez ?

– Oui, bien sûr…

Et je la suis dans un coin de la boutique que je n’avais pas vu… Elle est là, plus parfaite que jamais… Re-coup de foudre fulgurant. C’est elle et aucune autre… Elle est encore plus belle que dans mon souvenir, avec des finitions délicates et une couleur indescrpitible… Un rose aérien, un soupçon de beige… Une nuance de coucher de soleil romain depuis la villa Borghese…

– Vous voulez l’essayer ?

– Non, non… Je souffre bien assez de l’avoir essayée une fois !

Et je lui explique mon histoire. L’éventualité d’un achat pour mon anniversaire, qui semble si loin… Peut-on la bloquer ? Pour deux semaines, oui, pour davantage, non. Hum, anniv’ le 11 juin, dans deux mois, donc. Verser des arrhes ? Non. Elle range le modèle à ma taille en réserve et met la robe, deux tailles au dessus de la mienne, moins en évidence. « Mais si une cliente la veut, je ne pourrai rien faire ». Elle me laisse sa carte pour que je l’appelle dès que les négociations avec ma mère auront avancé. Pour me la garder.

Dans la boutique, au même moment, deux pimbèches exécrables, héritières jet set, paillettes de partout, la peau sur les os. Elles me toisent. Elles cherchent une robe pour une soirée de la semaine prochaine. Une très courte, apparemment. Elles regardent la robe que je tiens encore dans les mains.  « Pfff, pas du tout mon style », avec un air dédaigneux, qu’elles disent. Et là, ça sort tout seul « Heureusement pour moi ». La vendeuse pouffe. Elle me promet qu’elle appellerait toutes les boutiques miu miu du monde pour la trouver si le modèle qu’ils ont devait partir. « Mais essayez de l’acheter avant mi-mai ». C’est noté.

Direction le Printemps, on ne sait jamais. Escale au stand Tiffany, pour baver devant ça…

LA bague de fiançailles de mes rêves… En vrai, le diamant est plus discret !

Stand miu miu, point de robe et trop de monde. Etage du dessus. J’examine toutes les robes suscpetibles de me plaire. Pas envie de coupe baby-doll, même si j’aime ça… Chez Maje, une robe en soie imprimée corail qui coûte une fortune pour ce que c’est. Je l’essaie quand même. On dirait un ballon de baudruche échappé de la foire du Trône. Vanessa Bruno Athé. L’espoir s’incarne dans une robe en soie rose poudré à collerette. Vendeuse détestable. J’attends une éternité pour la cabine. J’essaie. C’aurait pu être pire. C’est mignon. Mais voilà, c’est mignon, ce n’est pas chic, ce n’est pas transcendant, et surtout, ce n’est pas exceptionnel.

La miu miu EST exceptionnelle. Il n’y a plus qu’elle. Je suis incurable. Les négociations avec ma mère sont entamées, elle est tout à fait d’accord pour me l’offrir pour mon anniversaire. Moins pour l’acheter deux mois avant. Donc, je négocie… Ardemmement… !

En redescendant, je tente une ultime incursion au stand miu miu, désert. Une vendeuse très polie vient me voir, ils n’ont pas le modèle, mais ils peuvent réserver des articles quand leur achat est sûr et certain… Elle me recommande de passer plusieurs fois dans la saison, pour voir s’ils la reçoivent…

Je quitte le Printemps, sous les derniers rayons  de ce vendredi d’avril. Je trotte jusqu’à l’avenue Marceau pour retrouver mon amoureux.

Et le soir, c’était « fettucine dello Chef », comme chez Massenzo, près du Colisée…

Baci a tutti !

Primavera, hai detto ?!

avril 7, 2008

Vendredi encore, je me baladais dans Paris, je profitais d’une journée pas trop chargée pour sortir le bout de mon nez au soleil, je marchais pieds nus dans mes ballerines, et j’avais retiré mon gilet sous ma veste… J’arpentais les trottoirs de la rive droite, je flânais entre deux boutiques, comme cela faisait bien longtemps que je ne l’avais pas fait…

Mais ça, c’était vendredi… Entre temps, l’hiver, qu’on croyait bien naïvement avoir fichu à la porte, est revenu… Et pour la première fois de l’année, mon jardin ressemble à ça… Un 7 avril… C’est inquiétant… !

Alors voilà… Aujourd’hui, au programme, révisions d’histoire romaine parce que examen blanc mercredi… Et que blanc ou pas, la note, c’est la moitié de ma moyenne du semestre… Jusque’au vacances, je n’ai plus que de la romaine à faire… Ce qui ne m’ennuie pas, parce que j’aime bien Cicéron… Et il vaut mieux romaine que médiévale… Si, si, je t’assure !

Donc révisions ambiance igloo, si jamais j’espérais lire mon bouquin assise sur ma fenêtre, comme j’en ai l’habitude dès les premiers beaux jours, c’est foutu… !

Ah, et à défaut de la robe Miu Miu (mais je négocie comme une folle, heureusement, j’ai trouvé une vendeuse adorable, et même si pour l’instant, elle ne peut pas grand chose pour moi, elle est vraiment compréhensive !),  j’ai acheté mes billets Malaga-Rome, pour août ! Et j’étais super contente de me dire que j’étais déjà sûre d’arriver jusqu’à Rome… Reste à atteindre Catane, maintenant ! Oui, je fais une fixette sur Rome, mais en même temps, entre une escale à Milan et une à Rome, mon choix est vite fait !

Et j’ai tout un tas de choses à te raconter et à soumettre à ton oeil expert, mon cher lectorat, mais là, maintenant, tout de suite, je dois aller discuter avec les Gracques, qui ne sont pas des marrants, alors vous m’excuserez… !

Ciao ! Baci !